femme_nue_qui_se_caresse

Fantasme trioliste

 
 

          Je nous imagine chaque soir nous installant au lit tous les trois, moi au milieu bien sûr ! Je suppose qu'il y en aurait toujours un pour venir éveiller mon désir et chaque soir ça serait extatique. Connaissant Sacha, irrassasiable comme il est, c'est souvent lui qui m'entreprendrait le premier...

~

          Sacha caresse mes courbes d'une main distraite et frotte son énorme sexe tendu entre mes fesses. Je me retourne alors pour plonger mon regard dans le sien et l'embrasser. Nous restons de longues minutes ainsi à parcourir du bout des doigts le corps de l'autre. Puis, excité par ce spectacle impudique, Alexandre décide de se joindre à nous en m'embrassant langoureusement dans le cou. Séduit par l'idée de Sacha, il frotte à son tour son membre entre mes fesses. Ainsi sollicitée par mes deux hommes, la température de mon corps augmente de quelques degrés, ma respiration se fait saccadée, un flux d'images érotiques déferle dans ma tête... L'excitation devient palpable pour tout le monde.

          Sacha excite désormais son érection en la glissant entre mes cuisses serrées, tout contre mon sexe brûlant et inondé, tandis qu'Alexandre écarte légèrement mes fesses pour se caler entre elles et s'y masturber doucement. L'excitation de mes hommes atteignant son paroxysme et le désir de m'unir à eux étant devenu impérieux, je les invite d'une voix douce et sensuelle à prendre possession de mon intimité. Tous deux habitués à dominer nos ébats, ils prennent vite les dispositions pour me combler d'eux comme ils le désirent. Alexandre me fait me positionner en levrette et me pénètre avec force tandis que Sacha s'agenouille devant moi pour m'inciter à sucer son imposant sexe durci. J'ai du mal à savourer le goût de Sacha et à m'appliquer pour lui donner des sensations exceptionnelles tant Alexandre me prend vigoureusement, me laissant incapable de penser. Sacha profite de cet instant nébuleux pour appuyer sur ma tête afin d'entrer dans ma gorge. En réponse à cet assaut inattendu, une larme d'inconfort point au coin de mes yeux. À ma grande déception il se retire et je lui signifie mon désaccord en empoignant son membre viril pour le remettre rapidement dans ma bouche. Je me concentre pour savourer l'instant, savourer son goût délicieux, pendant qu'Alexandre excite chaque nerf de mon minou en me limant comme un forcené.

          Après s'être régalés de cette situation comme il se doit, nous décidons qu'il est temps qu'ils m'habitent entièrement. Nous nous allongeons à nouveau les uns à côté des autres le temps d'échanger quelques douces caresses et de longs baisers humides et langoureux. Puis, impatient, Alexandre pénètre à nouveau mon sexe et m'attire à lui, sur lui. Je chevauche son corps bouillant. Sacha, pressé de me posséder lui aussi, se place vite derrière moi en humectant son pouce entre ses lèvres parfaites. Comme je l'imaginais, il vient ensuite le presser contre mon anus pour me détendre. Doucement il insère la première phalange de son doigt et démarre un lent va-et-vient. Commençant à m'habituer à cette intromission, je me rends compte que la plupart de mes sens sont en éveil, je sens presque mon sang parcourir mes veines... J'embrasse Alexandre tendrement, l'exhortant à plus de douceur.

          Mon petit trou, ordinairement si serré, plus détendu, Sacha décide de me faire sucer son index et son majeur pour me les mettre à leur tour l'un après l'autre. N'y tenant plus, il branle son membre de sa main libre puis finit par ôter ses doigts. Ce changement me fait reprendre mes esprits, jusqu'alors embués par le plaisir diffusé par le sexe de Alexandre, prenant ma chatte avec la dévotion d'un homme qui souhaite combler sa femme. Les doigts de Sacha lui ayant forgé un passage confortable dans mon fondement, je réalise que c'est le moment... Ce moment qui me fait trépigner d'impatience tant j'aime être unie à mes deux hommes en même temps mais que je redoute pourtant chaque fois, pour la douleur qui l'accompagne.

          Alexandre cesse ses va-et-vient. Sacha, bite en main, presse son gland contre l'entrée de mon anus. De sa main libre il écarte mes fesses, son pouce sur l'une et son majeur tirant sur l'autre pendant qu'il pousse son sexe en moi. Enfin parvenu à entrer son gland entier, il lâche la pression de ses doigts. Partagée entre douleur et excitation je soupire. Compatissant, Alexandre caresse mes cheveux affectueusement avant de reprendre son mouvement avec précaution. Son élan de douceur fait tressauter mon cœur et le rouge me monte aux joues.

          Pour pouvoir prendre mes fesses confortablement, Sacha ressort son gland et lubrifie d'un peu de salive sa longue verge et mon petit trou dilaté. Puis, d'une seule traite, il me fourre son pénis à moitié. Il est désormais suffisamment entré en moi pour permettre à Alexandre de donner plus de vigueur à ses va-et-vient. La sensation de ces deux sexes installés en moi si profondément est indescriptible. Je suis comblée, chacun de mes orifices intimes est plein de la virilité des hommes que j'aime. J'embrasse Alexandre avec ferveur, les yeux clos il me rend mon baiser et attrape délicatement mes hanches de ses paumes douces et chaudes. Le bout de mes seins effleure son torse et se durcit un peu plus. Il le remarque. Transporté par le flot de sensations qu'il ressent lui aussi, il glisse ses mains de mes hanches à mes seins pour les pétrir pendant qu'il me prend avec toujours plus d'entrain.

          Enfin prêt, Sacha commence la danse déchirante et délicieuse de ses coups de reins. D'abord modéré, le temps de pénétrer entièrement son énorme phallus entre mes fesses, il poursuit rapidement par des impulsions plus intenses et même carrément bestiales. Il laisse exprimer son animalité en me pilonnant le cul sans ménagement, tandis qu'Alexandre s’affaire maintenant de la même manière dans ma chatte. L'atmosphère n'est plus que soupirs, sueur et abandon de soi. Aucun de nous ne maîtrise plus la plus infime partie de son corps. Les mouvements de mes amants sont comme un mécanisme implacable et exquis qui me transcende entièrement. Mon bassin répond à leurs assauts acharnés par des ondulations intuitives, comme le fruit d'un automatisme profondément ancré.

          Transportée par le frottement de leur sexe en moi, je finis par exploser autour d'eux dans une jouissance intense. Je n'en peux plus, je crie : « Ah, ah, ah c'est bon ! » Les contractions de mes fourreaux de chair propagent mon orgasme à mes hommes qui se mettent alors à jouir à leur tour. Ils laissent échapper des soupirs forts et quelques gémissements rauques ; ils déversent en moi des flots de sperme et finissent de me remplir d'eux de la plus concrète des façons.

          Voulant faire persister la beauté de ce partage, nous restons ainsi emboîtés encore quelques minutes. Leur sexe est à leur place en moi, et je retarde autant que possible le moment où nos corps se sépareront, permettant à leur sperme de s'échapper de moi lui aussi. Nous nous caressons affectueusement jusqu'à être parfaitement détendus. Sacha et Alexandre finissent par se retirer, leur jus d'homme ruisselle rapidement entre mes fesses et mes cuisses pour se répandre sur le drap.

~

          Il arriverait souvent que nous remettions ça, inversant leur rôle pour que chaque partie de moi appartienne à l'un et à l'autre.

 

femme_lit_fesses_nues

Article précédent
Soirée en amoureux

 
femme_voyeuriste_cachee

Article suivant
Poésies voyeuristes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *