_visuel_actualite_sexo_les_10_questions_sexe_les_plus_posees_a_goolge_en_2017

Les 10 questions sexe les plus posées à Google en 2017








Et certaines sont inquiétantes ! :O

           Et pour ne pas me limiter à un déballage du top, je vais tenter d'apporter quelques éléments de réponse à ces questions qui apparemment vous brûlent les lèvres !


10. Combien de temps dure le sexe ?

           Cette question est un peu vague alors elle m'a inspiré deux axes de réponse. Tout d'abord : combien de temps dure en moyenne un rapport sexuel ? Et puis : quelle est la durée idéale d'un rapport sexuel ? Et vous allez voir que les réponses sont assez surprenantes ! ;)

           Pour répondre à "combien de temps dure en moyenne un rapport sexuel ?" je vais m'appuyer sur deux enquêtes. La première a été menée par des chercheurs américains qui ont sondé environ 500 couples hétérosexuels vivant dans 5 pays différents (Espagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Etats-Unis et Turquie) et en couple depuis au moins 6 mois. Les couples ont chronométré leurs ébats pendant 4 semaines dès la pénétration et jusqu'à l'éjaculation des messieurs -vous noterez donc que l'approche de cette étude n'est pas du tout machiste et que le plaisir féminin a une fois de plus une grande place (évidemment ma phrase est intégralement ironique). Vous remarquerez que les préliminaires n'ont pas non plus été analysés. Je vais donc reposer la question afin qu'elle colle plus aux critères de cette étude : "combien de temps dure un vidage de couilles dans le corps d'une femme ?" Et bien les réponses de ce panel oscillent entre 33 secondes et 44 minutes avec une durée médiane de 5,4 minutes ! On retiendra également que la durée ne varie pas selon la nationalité des répondants -à part pour les turcs dont les relations semblent un peu plus courtes- mais qu'elle varie en fonction de l'âge : la durée des rapports sexuels s'allonge avec l'âge. Le second sondage a été réalisé par une compagnie de sextoys sur près de 4 400 personnes et nous apporte cette fois un résultat plus global. D'après les résultats de cette enquête, la durée moyenne d'un rapport sexuel pour un couple hétérosexuel serait de 19 minutes : 10 minutes de préliminaires et 9 minutes à compter de la pénétration. En conclusion, la durée moyenne d'un rapport sexuel à partir de la pénétration serait d'environ 5 à 9 minutes et 10 minutes pour les préliminaires.

           En ce qui concerne la durée idéale d'un rapport sexuel, cette annonce calmera toutes vos inquiétudes ! 50 volontaires ont été sondés par des chercheurs de l'Université Behrend de Pennsylvanie afin d'évaluer la qualité de leurs rapports sexuels sur une période de 10 ans. Dans cette étude, il s'agit également de quantifier la durée de l'acte sexuel à partir de la pénétration et sans tenir compte des préliminaires. Vous serez surpris d'apprendre que d'après les personnes interrogées, une relation sexuelle serait satisfaisante entre 7 et 13 minutes. Une durée entre 1 et 2 minutes s'avérant frustrante et au delà 10 minutes étant jugée comme trop longue.

           Sources : Santé Magazine, Santé Plus Mag, LCI et Au Féminin


9. Comment introduire un organe masculin dans un organe féminin ?

           Les résultats que propose Google pour répondre à cette question s'approchent plus du cours de SVT sur les appareils reproducteurs que de la fiche technique qui répond effectivement à l'interrogation qui nous occupe. Probablement parce que ce genre de question signifie une absence totale d'expérience, les résultats s'adresse donc plutôt aux jeunes personnes. Alors je vais répondre à cette question sans filet ! Attention prise de risque maximale ! lol. Il suffit de réunir les bons ingrédients : un pénis en érection, un vagin lubrifié... Et surtout, sans oublier le consentement : de la personne qui se cache derrière le pénis et de la personne qui se cache derrière le vagin ! La suite des événements fait partie de l’énoncé...


8. Quel âge faut-il avoir pour acheter des préservatifs ?

           Indubitablement, une nouvelle question d'adolescents ! Et quelle surprise de constater dans les résultats de Google une telle inquiétude autour de l'achat de préservatifs ! Sur 10 sites proposés par le moteur de recherche, j'ai quand même relevé "J'ai 15ans et je n'ose pas acheter de préservatif", "Acheter des préservatifs sans se taper l'affiche ?" et "Comment acheter discrètement des préservatifs". Ce qui me fait établir le bilan très inquiétant que la jeune génération trouve ça honteux de pratiquer le sexe. J'en reviens à la préconisation que j'avais faite dans mon article L'Education sexuelle par le porno : une éducation sexuelle de meilleure qualité est grandement nécessaire pour permettre aux nouvelles générations d'appréhender le sexe mieux qu'il nous a été donné de le faire. Peut-être que ça permettrait de créer un monde où le sexe est déculpabilisé, où l'homosexualité est pleinement acceptée et où les IST et MST ont été éradiquées au même titre que la variole.

           Et pour répondre à la question initiale, il n'y a évidemment pas d'âge pour acheter des préservatifs. Il s'agit là uniquement d'un comportement sain et sécuritaire. À savoir que la loi n'interdit pas les relations sexuelles entre mineurs sous réserves qu'elles soient consenties. La majorité sexuelle -"l'âge à partir duquel un mineur peut avoir une relation sexuelle consentie avec un majeur n'ayant pas autorité sur lui, sans que ce dernier ne risque des poursuites pénales"- est par ailleurs fixée à 15 ans. Et la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes souhaite mettre en place en 2018 une mesure jugeant comme non consentie d'office toute relation avec un mineur de moins de 13 ans.

           Sources : Comment ça marche


7. Comment mesurer un pénis ?

           C'est moi où ça sent à nouveau le besoin de se rassurer ? Nouvelle surprise avec cette requête de notre top 10 : apparemment il y a des techniques pour "bien" mesurer la taille d'un pénis. Alors que les femmes sont intriguées par ce besoin de précision -parce que nous, on le sait que la taille a très peu d'effet sur la qualité d'un rapport sexuel- les hommes eux en viennent à stresser ou à complexer. Alors attention à ne perdre aucun centimètre ! Allez, ensemble apprenons à mesurer correctement la taille de cet appendice qui rempli ces messieurs d'angoisse !

Mesurer la longueur

  • prendre une règle rigide (un mètre de couturière fausserait le résultat si le pénis est courbé)
  • se placer dans un environnement chaud (les environnements frais/froids ont tendance à rétrécir les pénis)
  • étirer et relâcher le pénis 2 fois (il s'agit de mesurer un pénis non rétracté)
  • prendre la mesure à partir de l'os du pubis (au dessus du pénis) : il faut donc enfoncer la règle dans la chair pour les hommes avec un peu de ventre
  • lire la mesure
  • ajouter à la mesure le nombre de milimètres qui sont non gradués au début de la règle
  • et vous obtenez la taille du pénis !
           Et pour que tout cela ne soit pas vain : un pénis mesuré comme décrit précédemment fait en moyenne entre 7,5cm et 10,2 centimètres au repos et entre 12 et 17 centimètres en érection. Si malgré cela vous trouvez toujours votre pénis trop petit, vous pouvez adopter des solutions de désenfouissement : par exemple rétrécir votre toison pubienne ou maigrir ;)

Mesurer la circonférence

  • prendre un mettre de couturière
  • l'enrouler autour du phallus (phallus signifie pénis en érection)
  • lire la mesure
  • pour avoir le diamètre, il suffit de diviser la circonférence par le nombre pi
           À savoir que d'après les recherches du Dr David Veale du King's College London, à Londres, la circonférence moyenne d'un pénis est de 9,31 centimètres au repos et 11,66 centimètres en érection.

           Sources : Terrafemina, Priorité santé blog de RFI et La dépêche


6. Comment obtenir un plus grand pénis manuellement ?

           Bizarrement les sites que me propose Google pour apporter une réponse à cette question sont tous plus mal écrits les uns que les autres, soit dans un français approximatif, soit ils font preuve d'un machisme déconcertant... Après avoir bien cherché, j'ai finalement trouvé un site qui semble traiter du sujet correctement et sérieusement. Un peu à la manière d'un magazine féminin on y trouve des tas de conseils pour rassurer et guider les hommes au sujet de leur "outil". Je ne vais malheureusement pas pouvoir vous donner ici les conseils adéquats pour agrandir votre pénis, pour la simple et bonne raison que je n'ai pas compris grand chose aux techniques proposées ! Mais j'ai trouvé la méthode du jelqing qui semble faire ses preuves et dont vous saurez tout en suivant ces 2 liens : erection.fr etl'impuissance masculine.fr Et voici une liste de 6 autres exercices : 6 meilleurs exercices pour augmenter la taille du pénis. Evidemment, ces méthodes semblent prometteuses mais leurs effets restent tout de même à prouver. Le mieux ne serait-il pas tout simplement d'accepter la taille de votre pénis ?


5. Qu'est-ce que la gonorrhée ?

           Une gonorrhée est une Infection Sexuellement Transmissible également connue sous les charmants noms de blennorragie et chaude-pisse. Cette infection est due à une bactérie : le gonocoque. Elle se transmet lors de rapports génitaux, ano-génitaux et bucco-génitaux mais aussi de la mère à l'enfant lors de l'accouchement. Ses symptômes sont aussi charmants que son nom : chez l'homme il y a un écoulement abondant de pus à l'extrémité de la verge et une sensation de brûlure intense lors de la miction et chez la femme on note de petites pertes vaginales, des picotements lors de la miction et de vagues douleurs dans le bas du ventre. En fonction de la pratique sexuelle qui a engendré la transmission, l'infection peut se localiser également dans le rectum ou la gorge. Le meilleur vaccin contre la gonorrhée est l'utilisation du préservatif. Fait effrayant : cette infection était en recul entre les années 1970 et 2000 grâce à l'utilisation plus systématique du préservatif -induite par l'arrivée du sida- mais avec les progrès de la médecine et notamment la trithérapie, la tendance s'est inversée : la chaude-pisse est à nouveau très en vogue dans les caleçons et les culottes. Alors pour éviter de retrouver cette question dans le top de 2018, protégez-vous !

           Sources : Doctissimo et Wikipedia


4. Comment se débarrasser des verrues génitales ?

           Allez, deuxième question santé du top, ce qui d'après moi a quelque chose de vraiment inquiétant... Alors je ne vais pas vous détailler les diverses solutions qui peuvent être envisagées pour soigner les immondes excroissances que vous choperez en n'ayant toujours pas compris qu'il faut mettre des préservatifs, ce Wiki-How le fera très bien à ma place. Je vais me contenter de vous expliquer ce que sont les verrues génitales et surtout comment on en attrape. Egalement appelées condylomes, les verrues génitales sont des excroissances molles qui apparaissent sur les muqueuses des organes génitaux à la suite d'une infection due au papillomavirus humain (ou VPH). Bien que généralement indolores, ces condylomes peuvent souvent s'avérer gênants, occasionner des démangeaisons et sont particulièrement inesthétiques.

           Sources : Santé Plus Mag


3. Comment soigner un herpès ?

           Bon étant donné qu'on est dans un top sexe, j'imagne qu'il s'agit d'herpès génital. Alors j'ai ajouté cette mention à ma requête et je suis tombée sur un nouveau Wiki-How. Si vous désirez vous aussi savoir comment le soigner, suivez le lien. Comme pour les verrues génitales, je vais seulement vous expliquer que c'est que l'herpès génital et surtout comment on l'attrape. Cette Infection Sexuellement Transmissible est extrêmement contagieuse puisqu'elle ne nécessite pas de pénétration. Deux virus peuvent être à l'origine de l'infection : le HV1 responsable des infections herpétiques de la partie supérieure du corps et le HV2 à l'origine des infections de la partie basse du corps. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'herpès génital peut être causé par le HV1, tout simplement à cause de relations bucco-génitales. Après la primo-infection herpétique -le premier contact avec le virus- ce dernier s'installe dans les ganglions nerveux où il reste endormi jusqu'à ce qu'il réapparaisse par poussée plus ou moins périodique à l'endroit où il a été contracté. Pour ce qui est des symptômes, la première infection se manifeste par une éruption de petites cloques regroupées et qui génèrent irritation, démangeaison, brûlure, gêne, picotement et/ou douleur, l'inflammation de la zone contaminée (vulve, vagin, anus et rectum) et l'apparition de fièvre, maux de tête, maux de ventre, courbatures, douleurs lors de la miction et d'ulcérations douloureuses recouvertes d'un enduit blanchâtre. Les poussées, dites "récidives", se traduisent par des picotements et des sensations de brûlure sur la zone d'éruption, des rougeurs, l'apparition de cloques qui peuvent se transformer en plaies douloureuses sur la vulve, le vagin, l'anus, le pénis, le prépuce et même sur les cuisses, les fesses et le col de l'utérus et par des pertes vaginales pour les femmes. Le préservatif ne suffit pas à se prémunir contre cette IST même s'il réduit les risques de transmission. Le seul moyen d'éviter une infection par l'herpès génital est de pas avoir de relations génitales, anales ou orales avec une personne porteuse du virus.

           Sources : Ameli


2. Comment faire jouir une femme ?

           Non, ce n'est pas grâce à un pénis de 23cm que vous parviendrez à coup sûr à faire jouir une femme. Vous pouvez vous sortir cette idée de la tête messieurs ! Chaque femme est différente et il est donc, semble-t-il, plus difficile de nous faire atteindre l'orgasme. Plus difficile que pour les hommes du moins. Mais qu'en est-il vraiment ? Et si on nous faisait croire cela uniquement parce que l'orgasme féminin est actuellement toujours aussi incompris ?

           Pour apporter un semblant de réponse à cette question, je vais m'éloigner des clichés qui confortent les hommes dans l'idée que les femmes sont des petites fleurs délicates qui ont absolument besoin d'amour pour pouvoir pratiquer le sexe et ce sur un lit de pétales de roses et dans une ambiance bougies et musique de lover. Non. Une femme ça baise aussi. Et si on n'y trouvait pas du plaisir, bah on le ferait pas. Donc d'un point de vue strictement stratégique et mécanique il y a, je dirais, trois fondamentaux à assimiler : la manipulation de clitoris, la variation des stimulations et la communication. Dans un premier temps, il est important de se rappeler que l'orgasme vaginal n'existe pas (si vous avez raté cet épisode, vous pourrez rattraper votre retard ici : L'orgasme féminin : ce grand mystère) ce qui rend la pénétration totalement superflue (ça vous en bouche un coin hein !?). Il est donc primordial de vous concentrer sur le seul organe dédié uniquement au plaisir qu'est le clitoris. Le clitoris s'étendant derrière les lèvres, la pénétration est bien sûr plaisante mais, vous l'aurez compris, il ne faut pas tout miser sur ça ! En ce qui concerne la technique, c'est là que la différence des femmes corse les choses : chacune aime des stimulations différentes. Et c'est là qu'entrent en scène les fondamentaux numéros 2 et 3. Pour trouver ce qui fait plaisir à votre partenaire, n'hésitez pas à varier les plaisirs : notre clitoris est composé de 8 000 terminaisons nerveuses ce qui le rend très réactif à une multitude de stimulations ! Et n'hésitez pas à communiquer ! Qui mieux que votre partenaire peut vous guider vers ce qui lui donne du plaisir ?

           Sources : Femme Actuelle, Terrafemina et Le Monde


1. Où est le point G ?

           Après les tracas d'ordre médical qui sont proprement effrayants, je trouve très satisfaisant que la préoccupation sexuelle principale pour les deux premières places de ce top soient le plaisir ! Pas vous !?

           Et maintenant quelques éléments pour mieux connaître le point G ! Tout d'abord, il a été nommé ainsi en 1981 en hommage au gynécologue qui l'a découvert : le docteur Ernst Gräfenberg. De nos jours, son existence a largement été remise en question. Mais même s'il devrait, à mon sens, faire l'objet de plus amples recherches, notamment en ce qui concerne sa capacité à produire des orgasmes intenses et comment il y parvient, je ne crois pas que l'existence d'une zone anatomiquement existante puisse être remise en question ! En ce qui concerne sa localisation, et je sais que c'est tout ce qui vous intéresse :P, le point G est situé sur la paroi antérieure du vagin (c'est à dire du côté du pubis) à environ 4cm de l'entrée. La situation de cette zone fortement érogène peut évidemment varier d'une femme à l'autre puisque nous ne sommes pas toutes faites pareilles ! Le plus simple est alors de se fier à la texture de ce que vous avez sous les doigts. En effet, petit détail qu'on ne trouve pas forcément dans toutes les cartes au trésor que l'on trouve sur Google : le point G a une texture un peu rugueuse et c'est cela qui vous permettra de l'identifier à coup sûr ! Quant à sa capacité à produire des orgasmes incroyables, il semblerait que cela soit encore -et toujours- lié au clitoris, puisque cette surface correspondrait à la zone de contacte avec la partie interne de ce cher clito ! C'est sa stimulation, combinée à une détente et à une décontraction totale de la femme, qui permettrait de produire la fameuse éjaculation féminine.

           Sources : Wikipedia et LCI


           Je sais pas vous, mais personnellement les questions 3, 4 et 5 de ce top m'ont pas mal déconcertée ! Et si pour 2018 nous nous mettions tous d'accord pour remplacer ces interrogations sanitaires -qui ne devraient pas avoir lieu d'être à notre époque- par des interrogations plus fantasmatique ? Disons : Comment assurer sexuellement avec 2 hommes ? - Qu'est-ce que le pegging ? - Comment pratiquer un bon cunnilingus ?



           Sources : Dailymail et Shoko

 

_visuel_actualite_sexo_quelques_pratiques_sexuelles_etonnantes

Article précédent
Quelques pratiques sexuelles étonnantes...

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *