couverture_livre_ugly_love

Ugly Love




          "Un instant, il s'immobilise, me laissant le temps de m'habituer à sa présence. Puis il ressort en geignant, revient, me faisant crier encore. Cette fois, il me bâillonne de ses mains. Il reprend ses mouvements. Plus fort. Plus vite. À chaque coup, il pousse un grognement et moi, j'émets des sons dont je ne me croyais pas capable. Je n'avais jamais vécu un moment pareil. Je ne savais pas que ça pouvait devenir si intense. Si brutal. Si animal. Baissant le visage, j'appuie la joue sur la table. Et je ferme les yeux. Je le laisse me sauter."

Chapitre 19 - pages 215-216

Procurez-vous Ugly Love dans la boutique en ligne Decitre

Présentation


          Pour poursuivre ma petite étude de romans modernes, j'ai choisi Ugly Love. Comme Beautiful Bastard, ce roman est un best seller. Son auteure, Colleen Hoover, est désormais reconnue comme étant une des plus grandes auteures de romance de cette époque. Une adaptation cinématographique était prévue mais à ce jour rien n'a encore été produit si ce n'est un trailer qui ressemble beaucoup -trop- à ceux de Fifty Shades.



Résumé


          Tate débarque chez son frère, Corbin, pilote de ligne, à San Francisco pour terminer ses études d’anesthésiste. En arrivant dans le somptueux building où elle va résider, elle fait la rencontre de quelques habitants, qui la connaissent déjà, dont Miles, un charmant ami à son frère, pilote de ligne également, qu'elle trouve écroulé, saoul, contre la porte de l'appartement. Si cette première rencontre avec ce voisin d'en face donne à Tate une image de Miles plutôt négative, cela ne va pas durer. Rapidement, ils vont entreprendre une relation où seul le sexe n'aura de place. Visiblement torturé par son passé, Miles impose deux règles : pas de questions sur le passé & ne rien espérer du futur. Bien que clairement sous le charme du beau pilote, Tate accepte afin de pouvoir vivre quelque chose avec lui, même si elle en attend bien plus et que ça la blesse. Mais pourquoi Miles, qui semble être un homme brillant et bien sous tous rapports, se comporte-t-il ainsi avec Tate et refuse-t-il tout engagement ?



Mon avis


          Je n'étais pas certaine de pouvoir vous parler de cet ouvrage car c'est une romance avant d'être un récit érotique. Il faut d'ailleurs attendre la page 139 pour lire la première scène de sexe, et les suivantes, peu nombreuses, sont distillées sur les 238 pages qu'il reste. Mais, ces scènes de sexe étant bien écrites, et, de ce fait plutôt excitantes, j'ai tout de même choisi de vous faire découvrir ce roman.

          Tout d'abord, l'histoire est très bien écrite, de façon très fluide, elle se lit vite et facilement. Le vocabulaire employé est accessible, sans pour autant être familier comme dans Beautiful Bastard. Mais, sans doute parce que je suis inconditionnellement amoureuse de la littérature érotique classique, je trouve que le manque de tournures poétiques et profondes lui confère un intérêt littéraire très limité. Ce que j'aime, à la lecture d'une histoire de ce type, c'est être prise dans le flot d'actions et de sensations qui ne sont jamais aussi bien rendues que par la poésie. Il me manque donc, pour pouvoir affirmer que j'ai vraiment apprécié ce livre d'un point de vue littéraire et érotique, l'ingrédient principal : l'exaltation générée par le lyrisme, que je trouve incontournable lorsqu'on parle d'amour et de sexualité.

          La narration faite à la fois par le personnage féminin -cette option étant tout de même prépondérante- et par le personnage masculin semble très à la mode à notre époque, au regard de Beautiful Bastard dans lequel la narration par les personnages principaux est alternée, ou de la série Fifty Shades, que son auteure est en train de réécrire entièrement narrée par Christian -et, pour cette série, vu comme c'est écrit, j'ai pas l'impression que l'intérêt soit littéraire. C'est donc le cas également pour Ugly Love, où l'on découvre le déroulement de l'histoire actuelle racontée par Tate et le récit du passé de Miles, 6 ans plus tôt, narré par lui même dans des chapitres alternés. J'apprécie cette construction, qui permet de faire évoluer l'intrigue de deux façons différentes, mais aussi parce que je suis friande de savoir ce que les personnages ont dans la tête -une possibilité qui manque cruellement à la vie réelle, vous ne trouvez pas ? Alors que dans Beautiful Bastard le changement de narrateur était marqué par un changement de police d'écriture, dans Ugly Love on assiste plutôt à un changement de style et d'alignement dans le texte. C'est une sorte de bricolage qui permet de marquer ce changement, car je reste convaincue qu'une femme ne peut pas se mettre correctement à la place d'un homme et penser comme lui suffisamment bien pour créer l'illusion, mais je trouve que cela rend le roman très vivant !

          Dans ses chapitres, Miles est très romantique. Quand il parle de Rachel -son premier amour- il a un style presque enfantin : les phrases sont courtes, le vocabulaire est encore plus simple, il y a beaucoup de répétitions, etc. Mais, toujours dans mon souci de réalisme et selon ma propension caractéristique à analyser ce que pensent les gens, je serai curieuse de savoir à quel degré la narration de Miles paraît plausible aux hommes. Alors messieurs, n'hésitez pas à me donner votre avis en commentaire ici, sur Facebook, Twitter ou Instagram !

          Par ailleurs, j'ai beaucoup apprécié la personnalité de Tate. Je la trouve à la fois sensible et lucide. En effet elle est soumise à ses sentiments incontrôlables : elle tombe amoureuse de Miles : ça ne se maîtrise pas, elle en espère bien plus : ça se maîtrise difficilement, il lui manque : ça ne se maîtrise pas non plus, etc. Mais à côté de ça, elle ne se positionne pas en victime auprès de Miles : elle garde les règles qu'il a imposées à l'esprit et surtout, SURTOUT : elle ne lui fait pas de crises tous les quatre matins parce qu'il n'est pas assez attentif à elle, parce qu'il ne se montre pas très romantique, parce qu'il la fait partir ou s'en va dès qu'ils viennent de finir leur séance de sexe, parce qu'il ne donne pas de nouvelles quand il n'est pas là, etc. Malheureusement elle en souffre, mais elle ne fait pas l'erreur commune d'en rejeter la responsabilité sur Miles, alors que c'est elle qui a décidé, en son âme et conscience, d'accepter les règles qu'il a imposées dès le départ. En un mot : elle prend ses propres responsabilités et je trouvais important de le souligner car ce n'est pas forcément quelque chose que l'on croise souvent, ni dans la littérature, ni dans le monde réel !

          Par contre, je remarque que dans les romans érotiques -et pas seulement érotiques- modernes, les clichés ont la vie dure ! Dans Ugly Love, premier cliché : le métier des protagonistes, Tate est infirmière (en même temps qu'elle termine ses études pour être anesthésiste) et Miles est pilote de ligne. Deuxième cliché : celui du mec parfait, Miles était un excellent élève, très sage, il est brillant dans sa carrière, il est incroyablement beau et sa seule zone d'ombre n'a pas trait à une mauvaise action mais à un sentiment de culpabilité injustifié. C'est super, ça fait rêver ! Mais je regrette que la capacité à faire rêver repose trop souvent sur les clichés traditionnels du mec parfait et de situations professionnelles fantasmatiques de base : le beau pilote et l'infirmière sexy.

          En résumé, j'ai bien aimé ce livre, il se lit bien et pour une fois j'ai vraiment apprécié le personnage féminin ! L'histoire est très belle et vraiment prenante, sans parler des scènes de sexe qui sont suffisamment bien écrites pour susciter l'émoi. Mais, malheureusement, comme la plupart des romans modernes, on reste sur des clichés de base et je crois que c'est d'ailleurs -à mon grand dam- ça qui fait vendre. Dans les prochains articles de cette rubrique, je reprendrai avec des auteurs classiques car je ne trouve pas le même intérêt aux auteurs modernes. Ces derniers écrivains assument parfaitement la maternité des œuvres car tout est lisse, il n'y a pas de sexe "sale", pas de pratiques déviantes, en un mot, rien de ce qui fait la richesse du thème. Il n'y a qu'à voir les présentations que j'ai faites de Beautiful Bastard et de Ugly Love. Les best sellers semblent tous être des romances où les vastes possibilités du sexe ne sont pas explorées. Alors avant de revenir avec un roman érotique moderne, j'essaierai donc de trouver une histoire dont le thème central est l'érotisme plutôt que la romance afin de voir si les esprits modernes peuvent être aussi délurés que ceux des auteurs classiques !

 

couverture_livre_beautiful_bastard

Article précédent
Beautiful Bastard

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *